20 Octobre 2015 : 1/ Examens complémentaires biologiques; 2/ Soucis informatiques; 3/ Répartition de l’activité dans le poste soins du secteur; 4/ La nuit

20 Octobre 2015 : 1/ Examens complémentaires biologiques; 2/ Soucis informatiques; 3/ Répartition de l’activité dans le poste soins du secteur; 4/ La nuit

Présents : Cécile Durand, Josette Dadou, Ghanima Al Dandachi, Bertrand Galichon, Jennifer Truchot, Théophile Bastide, Sophie Montagnon, Patrick Plaisance.

1/ Examens complémentaires biologiques :

Depuis quelques temps, il existe des soucis avec les examens de biochimie, avec des délais longs de rendu de ces examens. De plus, il semble ne plus y avoir d’antériorité sur les résultats récupérés. Une réunion est prévue le 3 novembre prochain avec Bertrand Galichon et le laboratoire de biologie afin d’examiner ces dysfonctionnements et voir comment les améliorer.

2/ Soucis informatiques :

Depuis quelques temps, Urqual rame beaucoup. De plus, il est impossible d’imprimer les bons d’échographies abdominales (il faut souvent relancer toute la procédure).

Le PC du secteur n’imprime pas Urqual mais uniquement Clearstream (l’informatique est au courant depuis une dizaine de jours).

Il n’y a qu’un seul poste Clearstream au secteur, ce qui n’est pas suffisant. Il pourrait être possible de prendre celui de la rocade dont on se sert peu voire pas.

3/ Répartition de l’activité dans le poste soins du secteur :

Lors des travaux de ce poste de soins, il avait été dit que la répartition nouvelle se ferait avec les médecins d’un côté et les infirmiers de l’autre. Le fait est que la répartition reste la même, à savoir un poste dédié pour la trauma, un poste dédié pour la médecine.

Les référents présents pensent que cette situation est la plus pratique. Patrick Plaisance demande aux cadres de faire une enquête au niveau paramédical pour savoir quel est leur sentiment. Dans tous les cas, il semblerait manquer un poste fixe et éventuellement un chariot mobile informatique, ce qui permettrait d’améliorer le flux “ordinateur” dans ce poste, dans la mesure où une dizaine de personnes médico-paramédicales sont susceptibles de s’en servir. Patrick Plaisance rappelle l’importance de se loguer et de faire une bonne partie du dossier dans les box de secteur. Si certains box ont des problèmes informatiques, il faut alors le signaler pour qu’on puisse les réparer. Mais dans tous les cas, tout ne doit pas être fait au niveau du poste de soin centralisé car cela embolise ces postes. De plus, il est important que le login se fasse tout de suite, dès que le patient est pris en charge sur le plan médical. Cela détermine de façon informatique l’heure du début de prise en charge, qui est fondamental dans le calcul des délais de prise en charge récupérés par le siège de l’APHP.

Par ailleurs, les dossiers d’observation papier sont peu gérables au niveau du secteur. Beaucoup d’entre eux se retrouvent encore sur les paillasses, alors qu’il existe des bannettes murales à cet effet.

Patrick Plaisance conclut que chacun des référents médico-paramédical des secteurs doit travailler avec les équipes de son secteur afin de voir comment améliorer le fonctionnement de chacun d’eux. Un retour sera fait en réunion de référents avant qu’il ne soit fait en réunion de service.

4/ La nuit :

Josette Dadou nous fait part tout d’abord des problèmes d’hébergement qui semblent à nouveau augmenter avec au moins un hébergement de famille par nuit. Celle-ci est logée au niveau de la salle d’attente des familles, ce qui pose le problème des accompagnants qui attendent des nouvelles des patients de SAUV ou de rocade. Cela pose donc le problème habituel de l’impossibilité d’avoir un endroit pour discuter tranquillement avec les familles qui en ont besoin pour les patients graves ou l’annonce d’une mauvaise nouvelle. Patrick Plaisance propose de reparler de cette problématique à Marcel Grau, secrétaire général de l’hôpital, pour voir un peu ce que l’on peut faire, sachant que nous ne sommes pas encore en hiver.

Le 2e problème concerne le fonctionnement de l’UHCD et le lien entre l’accueil du SAU et l’UHCD :

– Tout d’abord, il semble y avoir des difficultés en fin de nuit pour remonter les patients du SAU vers l’UHCD. Les infirmiers de l’UHCD peuvent freiner quelquefois sur une montée car ils doivent faire leur tour à partir de 6h00 – 6h30. Le brancardage peut être éventuellement lent pendant cette période. Il était prévu de mettre en place un cahier la nuit pour les brancardiers, notamment centraux afin de voir la répartition de leurs tâches et le nombre de patients qui étaient pris en charge, autre qu’au niveau du SAU, par la pose d’étiquettes sur ces tableaux. Patrick Plaisance va contacter Mme Fonta pour savoir où en est cette évaluation.

– Ainsi, il faut faire le point sur ces transferts de patients entre l’accueil et l’UHCD, voir quelle est la qualité des dossiers transmis et prendre le problème à 3 niveaux : celui des infirmiers, celui des brancardiers et celui des médecins qui, si possible, doivent monter ces patients au fil de l’eau pendant la nuit, en panachant sur les 2 ailes A et B de l’UHCD, le tout afin d’éviter aux infirmiers de jour de recevoir, alors qu’ils ont déjà beaucoup de patients le matin, d’autres patients dans les lits d’UHCD restant libres en fin de nuit, impliquant un surcroît de travail à cette période.

Compte-rendu rédigé par Patrick Plaisance

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire